Adaptation culturelle

Les défis de l’adaptation sont multiples depuis l’apprentissage de la langue jusqu’à l’aisance culturelle avec les partenaires de sa nouvelle vie sociale et économique.

Ces difficultés expliquent les échecs d’expatriation avec un taux de retour prématuré considérable : entre 30 et  50 %.
Sans compter les expatriés qui se maintiennent en poste passifs dans leur mission, ou qui s’adaptent en prenant appui sur la concurrence, faute d’avoir été soutenus par leur entreprise.
Etre accompagné durant cette inévitable pèriode de déstabilisation évite les dommages connus :moindre performance, pertes de marché, mauvaise image auprés des autorités locales, déstabilisation des équipes de travail locales, traumatismes familiaux.

Quelques croyances erronnées :

+ Avoir un profil d’expert international garantit une bonne adaptation culturelle

+ S’adapter est naturel

Car les adultes ont besoin de connaitre, comprendre et accepter les différences. Et la méthode d’essais « erreurs » peut couter cher.

Shema du choc culturel

Le choc culturel est inévitable et différent en fonction de chacun. Cependant les étapes sont sensiblement les mêmes.
La première est souvent celle de l’émerveillement  nommée si justement «  lune de miel » car elle fait penser à ces moments d’enchantement de la phase amoureuse. C’est une phase d’une douce euphorie où tout est plus beau qu’ailleurs, meilleur qu’avant, où  l’avenir s’éllabore dans toute l’illusion des possibles.

Ces étapes sont destinées à se poursuivre jusqu’à l’intégration ou….non.

Ainsi les aides à l’adaptation culturelle comme les différents types de coaching, les formations, et l’accueil des familles, sont essentielles.Une clé de  succés pour les implantations d’entreprise, les négociations commerciales et les différentes missions d’expatriation.

Les aspects sur lesquels  jouent ces aides culturelles:

+ La dimension cognitive – pour assimiler les différences culturelles d’un pays : histoire et caratéristiques culturelles, valeurs et comportements « incomptatibles » avec notre propre culture.
+ La dimension émotionnelle – afin de dépasser le stress et gérer au mieux ses émotions, sortir de notre zone de confort et s’ouvrir à l’étrangeté.
+ La dimension comportementale – pour appliquer ses connaissances dans un style de management et de communication adaptés aux nouveaux contextes qu’il s’agisse du cadre professionnnel ou    personnel.

Cette intégration de la diversité s’inscrit dans le cadre d’une co responsabilité de l’employeur et des employés, et oeuvre en faveur d’un développement durable des ressources.